«

»

Imprimer ce Article

« A la recherche du sauvage idéal » de François-Xavier Fauvelle.

 

L’histoire, on le sait depuis longtemps, est toujours une création. Elle est toujours, et quoiqu’on s’en défende, le résultat d’un filtre apposé sur un passé. Et la réalité de ce passé, sa « vérité », transformée par le tamis de l’historien, sera rendue d’autant plus distante de son analyse, si cette dernière est devenue l’apanage, au cours des temps, d’un groupe de « savants » très restreint, très éloigné, mais très sûr de sa bonne foi. Ainsi en est-il, indéniablement, de l’histoire de l’Afrique.

François-Xavier Fauvelle enquête ici sur les Khoekhoe, dont la descendante la plus – tristement – célèbre est sans nul doute la fameuse « Vénus hottentote », cette femme enlevée et présentée comme une bête de foire dans l’Europe du tournant des 18 ème et 19 ème siècles. En croisant les sources et les façons de les aborder (la littérature de Coetzee, la restitution du corps de Sarah Baartman à l’Afrique du sud, l’histoire de la petite ville intermittente de Pella, etc…), peu à peu, l’auteur dessine une image bien moins européano-centrée de son sujet.

les discours de la science sur les populations indigènes servent de ressources aux discours identitaires produits par des Indigènes.

Mais la tentative, remarquable en soi, se double ici de sa propre mise en question. Ainsi l’auteur procède-t-il ici à rebours, en reculant, pas à pas, dans le temps. En archéologue de l’histoire, qui enlèverait couche après couche les diverses lectures qui, le temps faisant son oeuvre, éloignent l’historien de son sujet, il en démonte ainsi et les parti pris et les filiations. Partis pris et filiations dont l’histoire n’est jamais débarrassée, les premières, au contraire, faisant le lit de la seconde. Émondant son objet d’étude de ce qui la recouvre, François-Xavier Fauvelle démontre alors qu’il est autre que ce que l’histoire en fait, mais aussi combien ces couches en viennent à constituer pour partie sa vérité et à in fine la changer. Tels ces Khoekhoe qui en appellent à des discours savants pour asseoir leur identité alors même que ces discours résultent d’erreurs fondamentales quant à cette même identité. Le Khoekhoe rêvé par lui-même devient celui fantasmé par l’autre.

si le récit peut être une rédemption, vous aviez raison et on ne peut jamais l’ignorer, c’est bien parce que l’histoire est une tragédie.

Si A la recherche du sauvage idéal permet d’approcher le Khoekhoe mieux qu’aucun autre ouvrage d’histoire c’est certainement parce que son auteur a compris – et a réussi à le donner à lire – que notre relation à l’autre, d’une manière ou l’autre, le fabrique toujours. Il nous rappelle ainsi qu’il n’y a jamais de vérité nue, indépendante d’un regard. Et que notre attente elle même participe de sa constitution. Qu’en attendant l’autre, on le construit.

François-Xavier Fauvelle, A la recherche du sauvage idéal, 2017, Le Seuil.

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/a-la-recherche-du-sauvage-ideal-de-francois-xavier-fauvelle/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>