« 5 » de Sniper.

COUV 5 2J’ai toujours aimé les mathématiques, leur précision, leur beauté.  Soit le résultat est juste, soit il est faux.  Il est donc assez improbable que je me retrouve ici, à travailler dans un domaine mathématique où il n’est question que de corrélations et d’approximations.  L’exactitude n’a pas sa place ici.

Comme dans 6, paru l’année passée, Sniper lève ici le voile sur des pans méconnus d’un domaine dont on craint l’omnipotence tout en redoutant de s’y attarder.  La complexité du monde de la finance, telle qu’elle n’est plus saisie par nombre d’opérateurs de marché même aguerris, éloigne à fortiori le quidam.  L’enjeu est alors ici, non pas d’occulter la technique, mais précisément, d’en dégager les principes, les lignes générales, qui en expliquent la complexité.  En s’intéressant moins aux algorithmes qu’à ceux qui les créent et les exploitent, on en saisit mieux les enjeux qu’ils représentent pour le monde de la finance, et surtout les paradoxes de notre civilisation qu’ils éclairent d’un jour nouveau.

Dans les parcours des physiciens de la finance (Physique + finance = phynance.), Claude Shannon, Thorp, Farmer, Packard ou encore Léo Melamed (surnommé « Roi du Futur », car spécialiste éminent des produits à terme), se dessinent les contours d’une histoire de la finance qui, comme toute histoire, devient de plus en plus, au cours du vingtième siècle, une histoire des techniques.  Où jeu et hasard, Las Vegas et Wall Street, paris sportifs et positions des fonds de pension, ne se mêlent pas que dans les consciences de qui veut en détailler les effets pervers, mais dans la réalité des faits observés eux-mêmes.

Un marché ne pouvait pas seulement être un lieu de rencontre, il devait également façonner concrètement la manière dont ces collectifs d’êtres humains se mouvaient dans un espace clos…

L’histoire du Chicago Board of Trade, fondé en 1848, est emblématique de ce qu’est devenu tout marché.  De ce qui était supposé réunir acheteurs et vendeurs, servir des intérêts (et certes aussi la fourberie de certains), la fuite en avant, l’accélération de l’accès aux techniques, a fait un écosystème (presque) à part entière.  Une forme d’Hydre, de Chimère, devenue indépendante de ses créateurs.  Qui se doivent alors de mieux la connaître pour mieux s’en servir.

Je pense que la finance est en réalité plus intéressante que la biologie.  Là où la biologie met parfois des milliards d’années pour évoluer, le système financier peut, lui, se recombiner et muter directement sous nos yeux.

Le tournant (et cette phrase de Norman Packard en est un parfait exemple) est d’envisager sa création non seulement comme objet d’étude mais aussi de le mettre en parallèle avec ce qui, par essence, échappe à tout pouvoir créateur.  La finance est devenue le lieu paradoxal de la rencontre entre la croyance en l’infaillibilité de la logique, création humaine, et l’adage Errare humanum est.  Entre la créature et son créateur.  Et que les physiciens y jouent un rôle prédominant de nos jours n’est pas anecdotique.  Pourquoi le physicien resterait-il dans la physique où on se borne à comprendre Dieu, alors que dans la finance, il peut l’être?

tout le monde vendait parce que tout le monde vendait parce que tout le monde vendait…

L’irruption de l’inattendu de la régression à l’infini ne vient finalement qu’attester mieux, par ses limites, cette rencontre entre l’homme et les monstres que son génie peut créer.  En en démontant, avec rigueur et vivacité, les mécanismes, Sniper nous démontre que la finance n’a pas à voir qu’avec la biologie.  Avec ses temples, ses serviteurs, ses offrandes, ses rites, ses gestes, la finance est une théologie.  

Mais il est connu que les humains ont une fâcheuse tendance à reporter la faute sur les non-humains.

Sniper, 5, 2014, Zones Sensibles.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/5-de-sniper/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.