De la justification du pilon.

elections tumblrIl y a quelques jours nous recevions le mail suivant :

Bonjour,
Merci de ne pas mettre en vente le Contre les élections de David Van Reybrouck en Babel, qui vient de vous arriver ou qui va vous arriver sous peu : une faute délicate sur la couverture – « traduit du néerlandais (Flandre)» plutôt que « traduit du néerlandais (Belgique) » – impose de retirer cette version malencontreuse de la vente pour la remplacer par la version ad hoc, la réimpression est déjà en cours, mais ne vous sera probablement pas envoyée avant le dernier office de ce mois de février.  Les livres sont à renvoyer le plus rapidement possible chez UD.
Merci de votre attention et de votre suivi.
Cordialement,

Après multiple lecture (la berlue rode ces temps-ci, il convient donc d’y regarder à deux fois), nous comprîmes que nous n’avions nullement affaire à une illusion.

Raisonnables, nous conclûmes que ce livre n’avait pas été traduit du néerlandais des Flandres (c’est bien au pluriel que figure ce mot sur la couverture) mais bien de celui de Belgique.  Et que c’est vraiment très important de le préciser.  Car cela change bien entendu tout à la valeur de ce qu’on s’apprêtait à lire.  Et on ne remerciera jamais assez Actes Sud de nous rappeler aussi énergiquement qu’une langue ne se traduit jamais indépendamment de ses particularités régionales.  Qu’une langue est ancrée.  Et qu’ici elle l’est en Belgique, verdomme.  Qui n’est qu’une région des Flandres.  Si cela n’a pas valeur épistémique, rien n’en a.  On eût personnellement préféré que cette maison (qu’on a la faiblesse d’apprécier par ailleurs) aille jusqu’au bout de sa démarche.  Pourquoi n’avoir pas précisé la ville, voire le quartier.  « Traduit du néerlandais (Assebroek) » et non pas bien sûr « Traduit du néerlandais (Sint-Kruis) », village juste à côté, néanmoins charmant, mais dont la prononciation vondelienne peut varier sur quelques éléments de détail.  Ne mélangeons pas serviettes et serpillères.

Certes, il se trouvera bien l’un ou l’autre grincheux, pour trouver malhonnêtement d’autres raisons à cette courageuse volteface.  On entendra bien susurrer qu’il n’y derrière cela qu’un bête malaise politique.  Qu’Actes Sud ne fait cela que parce qu’en Belgique, dire que quelque chose vient de Flandres (oups), c’est forcément adhérer (ou encourager) un séparatisme qui n’est plus larvé.  Que ce qui est mis en général entre parenthèses après la langue de traduction est le nom d’un pays.  Et que donc, si on sacrifie à cette convention et si c’est marqué « Flandres », ça veut dire que les Flandres, c’est un pays.  Et donc la Belgique est foutue.  Et donc, c’est Bart de Wever qui a gagné.  Et qu’il se rapproche un peu plus d’Arles.  CQFD.  Bien évidemment, nous ne pouvons adhérer à cette vue qui n’est que d’esprit (mal intentionné qui plus est).  Comment croire qu’une maison de ce sérieux puisse emprunter aussi naïvement les méandres d’une dialectique aussi basique?  Comment surtout croire que cette maison d’édition puisse penser que ses lecteurs sont des déficients mentaux rétifs à toute explication dépassant le stade maternelle?  Et qu’entre deux maux : expliquer (par exemple la différence entre une erreur et une faute ou celle entre une convention et une obligation) ou détruire, ils aient choisi le deuxième par peur de la polémique et pour ne pas avoir à se confronter à la bêtise supposée de leur auditoire?  Procès d’intention!  Mauvaise foi que tout cela!  Bon c’est vrai que dans leur mail, ils ne parlent pas d’erreur (ce qui ressort plutôt de la technique) mais bien de faute (qui a des relents moraux).  Mais bon.  Tout ça c’est du pinaillage… Vue de l’esprit, on vous dit!

C’est donc uniquement pour le bienfait sacré (genou en terre, regard énamouré vers les cieux) de la littérature que quelques milliers de livres seront acheminés vers les librairies, en ressortirons aussi vite, à grand renfort de senteurs gazolées, puis seront réduits en chair à papier.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/de-la-justification-du-pilon/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.