Décomplexé.

A moins de n’avoir rien à faire du livre – ce qui demeure le cas de l’immense majorité – ni de n’avoir jamais le regard attiré par toute information portant sur la haine du juif – ce qui demeure le cas d’une infime minorité -, il eût fallu être mort pour n’avoir pas eu vent de la rumeur, puis de l’information, de la réédition par Gallimard des pamphlets antisémites de L.F.Céline. Utile ou inutile, indispensable ou dangereuse, devoir cathartique ou renouveau haineux, oeuvre douloureuse mais nécessaire à l’historien ou travail coupé du réel du geek célinien, ce projet de réédition vaut nombre de débats qui, s’ils pouvaient être menés avec un minimum de bonne foi, d’intelligence et de respect de l’autre, ne seraient pas sans intérêts (les débats pas la réédition). Les conditions précitées n’étant souvent pas, de loin s’en faut, réunies, vous comprendrez que nous nous en sommes assez rapidement tamponné le coquillard. Jusqu’au jour où nous reçûmes, accompagné d’un bon de commande, ce mail du service commercial de Gallimard :

 

Fi du débat! Vive la polémique!

Ce que nous démontre cette perle décomplexée – et pas uniquement sa sémantique, car son objet seul en est lui-même un exemple éclairant – c’est que là où le débat, sur quoi qu’il porte, n’intéressera plus que l’universitaire, ce grincheux tatillon et frustré, la polémique, elle, aguichera le tout-venant en lui faisant miroiter qu’il aura vocation à donner son sacro-saint et pertinent avis, sur quoi qu’il porte. Ce que le service commercial de Gallimard nous prouve c’est, alors que le débat endormirait un pré-pubère dopé au redbull,  que la polémique, elle, fait se redresser, vaillante comme au premier jour, la paupière du catatonique moribond. Mais aussi, ce que nous démontre à l’envi cette honorable vieille dame qu’est Gallimard, c’est que la polémique, ça vend!

Alors oui, certes, on pourrait dire que c’est pas très classieux. Qu’après tout, faire des sous avec l’édition de textes qui seraient juste, parmi d’autres, des délires sans intérêts littéraires, s’ils n’avaient représenté des idées (et incité à les mettre en oeuvre) responsables de la mort de millions de gens, idées toujours un peu en vogue actuellement, que tout ça, c’est quand même un peu limite. Que, personnellement, savoir que le succès commercial d’un livre qu’on édite ne sera du qu’aux milliers de bas-de-plafond qui l’achèteront pour se conforter dans leur haine de l’autre et non aux 48 spécialistes qui se plongeront dans l’appareil critique de la chose, que personnellement donc, ça nous empêcherait de dormir.  On pourrait trouver qu’éditer juste pour des sous des textes ignobles qui proclament exécrer le juif et souhaiter son éradication, pour l’une des raison précise que le juif n’aime que lui-même et les sous, est aller un peu trop loin dans la joie du paradoxe.  On pourrait dire en plus que l’avouer aussi crûment auprès des libraires, et les inciter à « judicieusement » participer pleinement à cette bonne grosse blague, est aller un peu trop loin dans la décomplexion. Que tout ça c’est quand même un tantinet putassier. Que c’est pousser le bouchon du cynisme un peu loin. On pourrait. C’est sûr. Mais ça serait quand même ringard. Non?

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/decomplexe/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.