« Hippocampe ».

hippocampeAlors que d’ici peu, on peut s’attendre à retrouver, rassuré, rasséréné, la même déferlante de pommade, indûment nommée critique, que chaque année à cette même période, déversent, sur le papier qu’ils gâchent, des journaleux utilisant le duvet plus que la pointe de la plume dont ils s’arrogent l’exclusivité, bref, alors que la rentrée littéraire approche à grand pas, il est bon de rappeler qu’existent dans ce paysage des horizons bien moins convenus.

La revue Hippocampe en fait indéniablement partie.  La direction de ce journal critique d’abord simplement semestriel a décidé, pour le bonheur de tous (en ce compris le vôtre à venir si vous ne le connaissez encore), de prolonger la brillante réflexion qu’elle menait tous les six mois en se déclinant mensuellement.  Le journal regroupe des articles s’intéressant aux arts visuels, à la philosophie et à la littérature.  Le principe en est simple : faire travailler votre hippocampe utilement.  Donc faire de la critique.  C’est-à-dire séparer. D’abord d’un dehors.  Donc choisir de ce dont on va parler.  Et puis, un fois délimité un dedans, opérer un jugement sur ce dont on parle.  Ca paraît évident.  Tellement que ca en apparaît presque trivial.  Et pourtant c’est aussi rare qu’un subjonctif imparfait chez Guillaume Musso.  L’équipe d’Hippocampe ne s’embarrasse pas non plus d’actualités.  Si, dans le numéro de juillet, on retrouve un long article sur la biennale de Venise, on y trouve aussi un autre, par exemple, portant sur « Le destin des images » de Jacques Rancière, livre sorti en 2003.  Hippocampe semble aussi se tamponner d’un quelconque lien mercantile.  Non content de ne se parer d’aucune publicité, ce journal pousse le vice jusqu’à faire traduire des articles en italien portant sur un auteur dont quasiment rien n’est disponible en français.  Intéresser un lectorat à ce qu’il ne connaît pas!  Lui proposer à lire sur ce dont il n’a jamais rien lu!  Croire en la curiosité!  Un comble!

Le tout bien écrit, bien fagoté et pour la somme honteuse de deux euros.

Vous savez maintenant ce que vous coûte une séance de musculation de l’hippocampe…

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/hippocampe/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.