« Les miracles dans la France du XVIème siècle » de Nicolas Balzamo.

Miracles dans la france du XVIAlors qu’on imagine l’imaginaire médiéval comme envahit par une suite presque ininterrompue de miracles baignant celui-ci dans un surnaturel qui en imprégnait les moindres rouages, la réalité est bien différente.  Fondant son enquête sur les livres de raison, ces textes écrits par des privés pour eux-mêmes, témoignages certes d’une « élite » de l’époque, mais témoignages précieux tout de même, Nicolas Balzano dresse un portrait tout en nuance du XVIème siècle.

Alors que nous avons tendance à extrapoler l’omniprésence du miracle dans l’imaginaire du siècle à l’ensemble de ses composantes, la rareté relative de son occurrence dans l’expérience individuelle dont témoignent ces livres de raison, démontre que si le miracle était un incontournable de l’imaginaire, il n’en avait pas lobotomisé les hommes du siècle.  Et puis aussi :

L’emphase du propos aboutit à sa propre négation : si tout était miracle, alors plus rien ne l’était.

Construisant en filigranes une définition du phénomène miraculeux d’une justesse et d’une précision édifiante, Nicolas Balzano nous en rappelle la structure forcément conservatrice : ordre/désordre/intervention d’un auxiliaire/rétablissement de la situation initiale.

Dieu rétablit ce qui doit être.

Au-delà de sa structure même, c’est la structure de son apparition dans l’imaginaire collectif qui est interrogée ici.  Car le miracle ne peut survenir de rien.  Il est fruit d’un mouvement qui le dépasse et qu’il continue et dont la croyance est à la fois sa cause et sa conséquence.

Croire au miracle, c’est créer un lien entre un évènement et un ensemble de croyances préexistantes.

Le miracle coexiste à sa croyance.  Et sa survenue dans le paysage imaginaire porte la marque d’un langage de la performativité.  Comme le Logos créateur dont il atteste la présence omnipotente, c’est bien le mot « miracle » qui crée le miracle en même temps qu’il le nomme.

[Le miracle] naît subjectivement de l’assimilation d’un évènement à une signification, elle-même portée par un archétype […], et objectivement, lorsque cette signification est proclamée.

Certes se prenant parfois les pieds dans le tapis de la forme sous laquelle il a d’abord été pensé (une thèse ne fait pas un livre), Les miracles dans la France du XVIème siècle, se révèle un brillant démontage des clichés et des clivages qu’un temps peut construire sur le passé, du haut de ses certitudes faciles et « rassurantes ».  Et nous rappelle que c’est moins souvent le monde qui change que le regard que l’on porte sur lui.

Que le talent d’Erasme joint aux possibilités nouvelles offertes par l’imprimerie ait donné à sa voix une résonance inédite ne doit pas occulter l’essentiel : sa critique était aussi essentielle que le système de croyance qui en était l’objet.

Nicolas Balzano, Les miracles dans la France du XVIeme siècle, 2014, Les Belles Lettres.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/les-miracles-dans-la-france-du-xvieme-siecle-de-nicolas-balzamo/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.