Mwouarf!

coupLes objets oubliés en librairie sont divers, comme dans tout commerce.  Nous retrouvâmes des gants, des parapluies, des pulls, des sous, des gsm…  Jamais encore n’y fut oublié un « Soir ».  Jusqu’à hier.  Date de l’annonce dans la presse de l’attribution du Prix Rossel…

Soyons de bons comptes : depuis la fin de Pif Gadget, nos relations avec la presse sont épisodiques et, devant tant d’indigences maintes fois attestées, nous avons appris à ne plus rien en attendre.  C’est donc sans espoir ni appréhension que nous ouvrîmes l’exemplaire oublié aux deux double pages consacrées à l’autoproclamé « Congourd belge ». Hé bien, sa lecture réussit quand même à nous consterner…  Petit état des lieux :

1.Dans ce « Soir », donc, on y apprend que le prix Rossel 2013, prix créé par « Le Soir » et doté par « Le Soir », est attribué à un chroniqueur du « Soir », par un jury composé, entre autres, de deux chroniqueurs du « Soir » et un chef de service culture du journal « Le Soir ».  Ce serait concerté et dissimulé qu’on parlerait de complot.  Mais quand c’est assumé à ce point, on lui préfère le terme de bêtise.

2.En troisième page, quelques citations des coulisses (avec des chouettes photos de gens bien habillés avec des coupettes) dont voici un florilège : « A partir du moment où on parle de soi, on gagne toujours en qualité » , Marc Filipson, Patron des librairies Filigranes ; « Son livre est accessible et lisible.  Ce n’est pas un prix dédié aux élites » , Jean Dufaux, Scénariste de Blake et Mortimer ;  « C’est un auteur toujours drôle avec une écriture très accessible » , Viviane Vandeninden, Attachée de presse indépendante ; « Cette année, d’accord, c’est un de mes potes qui l’a eu, je suis doublement contente (il pourra continuer à m’embrasser avec enthousiasme sur les brocantes boisfortoises), mais je n’y suis pour rien (ou presque). » , Arianne Le Fort, Membre du Jury.  On avoue une tendresse particulière pour la dernière.

3.Le parrain du « Congourd belge 2013 »  n’est autre que…  David Foenkinos.  Dont on rappelle qu’il est à la littérature ce que la scie sauteuse est à la blatte commune (ben oui, y a pas de rapport!).  On imagine le prix Reine Elisabeth remis par David Guetta, ou le Nobel de la Paix par Kim Jong-un…

4.Et précisément, de littérature, il n’y est question que trois fois (7 occurrences pour « littéraires » , toujours avec « prix » devant ).  Une fois affublé de l’adjectif « belge » .  Une autre de celui de « francophone » .  Une dernière sans adjectif aucun.  Mais ça compte pas, parce que là c’est Foenki qui s’y colle…  Tout cela n’a donc rien avoir avec ce dont on s’occupe.  Ouf!

5.L’article (deux doubles pages, on le rappelle) se clôt par une interview de l’heureux parrain.  Où l’on apprend que « la France est en déclin« , qu’elle est dans une « forme de mollesse » , que Foenki n’est « pas du tout engagé » , que « Marine Le Pen ne [lui] fait pas exagérément peur »  (bou = peur ; bouhou = exagérément peur?), mais que si elle arrive au pouvoir, alors « [il] arrive en Belgique! »  (oh putain!), qu’il est supporter du PSG, et plein de choses sur la géopolitique ukrainienne qu’il connaît super bien parce qu’il va être traduit en ukrainien.

Consternant, on vous disait…

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/mwouarf/

(3 commentaires)

  1. Je n’aurai que deux chose à dire :

    – Haha !

    – Je comprends qu’on puisse oublier (ou déposer subrepticement, au choix) son Soir quelque part, mais le mieux serait quand même le rayon cassoulet et raviolis du Aldi.

  2. David Foenkinos a cependant le mérite d’avoir commis le plus beau crime jamais perpétré contre la mémoire de John Lennon (et incidemment, de tous ses proches), contribuant à créer un mythe tout en prétendant justement « dépasser le mythe pour toucher l’homme »… Et cette prouesse, c’est quand même la preuve d’une forme évoluée de génie malfaisant…

    • Roger Bertozzi on 5 décembre 2013 at 12 h 59 min
    • Répondre

    Pourquoi Ptyx rapporte des nouvelles et des propos qui donnent envie de se jeter par la fenêtre ou de brûler Bruxelles comme Néron aima voir Rome dans les flammes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.