« Pas Liev » de Philippe Annocque.

pas-lievOn peut très bien parler des choses sans les nommer.

Liev se rend à Kosko pour y assurer l’honorable profession de précepteur. Ou peut-être pas. A Kosko, Liev vivra aussi une belle histoire d’amour. Ou peut-être pas. Le monde est opaque, à moins que ce ne soit l’homme. L’opacité est une maladie mentale. Ou peut-être pas. Liev est Liev. Ou peut-être pas.

Cette présentation de l’éditeur – que l’on prolonge des deux dernières phrases – nous plonge au cœur de ce qui fait pour partie le sel de ce Pas Liev : l’incertitude. Tout y paraît fuyant, mouvant, possible mais sans rien pour y arrêter la possibilité. A tel point pour Liev que répondre à la question de son nom par « Liev » lui paraît étrange…

Il est rare que la réalité coïncide parfaitement avec l’idée que l’on s’en fait.

Ces sont ces écarts qu’investit jouissivement Philippe Annocque. Comme y enfonçant le coin de son écriture, il y dépose subrepticement l’un après l’autre les rouages d’un drame qu’on sent advenir bientôt sans en pressentir les enjeux. Un mur puis une relation sexuelle puis un vélo puis une brique rouge. Rien que de très concret donc. Mais dont leur insertion dans une atmosphère mâtinée de doute – qui parle vraiment? d’où? et pourquoi? – rend leur présence plus palpable, et inquiétante.

Alors il s’est passé quelque chose d’incroyable. D’autres fois, dans l’avenir, il se passerait aussi des choses incroyables ; mais cette fois-là, c’était la première.

Jusqu’à sa terrifiante – et géniale – conclusion, Pas Liev interroge nos propres difficultés à trouver un ancrage en ce monde, à s’y reconnaître. Difficultés parfois insurmontables et qui peuvent alors inciter à l’irréparable. Que ne sommes nous capables de faire pour laisser dans ce monde une marque qui nous « y atteste »! Dans Pas Liev se joue une partition haletante dont le lecteur ressort lui-même incertain. De ce qu’il a lu. Mais aussi, peu ou prou, de lui-même.

C’était toujours étonnant et c’était comme ça. C’était étonnant et il n’y avait pas de quoi s’étonner.

Philippe Annocque, Pas Liev, 2015, Quidam.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/pas-liev-de-philippe-annocque/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.