Philosophie/Vérité et méthode/Hans-Georg Gadamer

Nous étonne depuis longtemps l’ombre à peu près complète dans laquelle sont laissées, dans le champ francophone et ce jusqu’aux sphères académiques, des pensées considérées partout ailleurs comme absolument déterminantes. Tout entier occupé à rabattre sur elles-mêmes ses certitudes tranquilles à coups de citations nietzschéennes ou deleuziennes, le lecteur francophone prétendument averti méconnait souvent avec paresse et componction des pans gigantesques de ce qui se fabrique au-delà de ses très étroites frontières épistémiques. Faisant la moue à la seule mention d’ « analytique », de « logique », d’ « herméneutique » ou de « cognitif » et hanté par d’absurdes préjugés, il fabrique en vase clos des résistances sans plus très bien savoir à quoi il se dit résister. Ainsi enfermé dans une rengaine qui n’a de pensée que le nom, il manque d’apercevoir vraiment des textes majeurs quand il s’en dégage dans ses environs immédiats (Quentin Meillassoux) et consacre à leurs places des impostures manifestes (Bruno Latour). En donnant à lire quelques extraits d’œuvres unanimement considérées comme majeures, nous espérons inciter un peu plus le lecteur francophone à sortir de son fort douillet carcan. La pensée, après tout, n’est pas le confort…

Ce qui a inspiré notre réflexion, c’est l’affirmation que le langage est un centre où le moi et le monde fusionnent, bien plus : où ils se présentent dans leur mutuelle solidarité originelle. Nous avons dégagé la manière dont ce centre spéculatif de la langue se présente comme un événement fini, par rapport à la médiation dialectique du concept. Dans tous les cas analysés, que ce soit dans la langue du dialogue, dans celle de la poésie ou, également, celle de l’interprétation, il est apparu que la structure spéculative de la langue n’est pas la simple reproduction d’un donné fixe, mais une venue au langage dans laquelle s’annonce une totalité de sens. C’est par là précisément que nous nous sommes rapprochés de la dialectique antique, car, en elle non plus, on ne trouvait aucune activité méthodique du sujet, mais un agir de la chose même, qui est pour le penser un « pâtir ». C’est cet agir de la chose même qui constitue le véritable mouvement spéculatif qui s’empare de celui qui parle. Nous avons étudié sa réflexion subjective dans le parler. Nous savons maintenant que cette tournure : l’agir de la chose même, sa venue au langage, renvoie à une structure ontologique universelle, la constitution fondamentale de tout ce vers quoi la compréhension peut se tourner. L’être qui peut être compris est langue.

Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode, les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Le Seuil, trad. Pierre Fruchon, Jean Grondin & Gilbert Merlio.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/philosophie-verite-et-methode-hans-georg-gadamer/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.