Vieux brol 11 : « Du contrat social » de Jean-Jacques Rousseau.

Du contrat socialNe subsiste bien souvent de certains livres, dans nos esprits assommés par la « nouveauté  » , qu’une vague idée, que le souvenir lointain (et bien souvent déformé) de commentaires.  N’en surnage que l’impression d’un déjà connu, d’un déjà lu, qui les fait irrémédiablement verser dans les limbes de ce qui n’est définitivement plus à lire.  D’où l’idée de cette série de chroniques de retours aux textes lus.  Sans commentaires.

Il est faux que dans l’état d’indépendance, la raison nous porte à concourir au bien commun par la vue de notre propre intérest.

L’homme est né libre, et cependant partout il est dans les fers.  Tel se croit le maitres des autres qui ne laisse pas d’être plus esclave qu’eux.

Comment un particulier peut-il s’emparer d’un territoire immense et en priver le genre humain, autrement que par une usurpation punissable ; puisqu’elle ôte au reste des habitants du monde le séjour et les alimens que la nature leur donne à chacun.

Leur misère ne les frappe point parce que l’ambition les aveugle, et que nul ne voit la place où il est, mais celle à laquelle il aspire.

Les esclaves perdent tout dans leurs fers, jusqu’au désir d’en sortir.

Renoncer à sa liberté c’st renoncer à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité, même à ses devoirs.

L’impulsion du seul appétit est esclavage, et l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté.

A prendre la terme dans la rigueur de l’acception, il n’a jamais existé de véritable Démocratie, il n’en existera jamais.

S’il y avait un peuple de Dieux, il se gouvernerait Démocratiquement.

C’est le superflu des particuliers qui produit le nécessaire du public.

Si nous voulons former un établissement durable, ne songeons point à le rendre éternel.

Sitôt que le service public cesse d’être la principale affaire des citoyens, et qu’ils aiment mieux servir de leur bourse que de leur personne, l’Etat est déjà près de sa ruine.  Faut-il marcher au combat?  ils paient des troupes et restent chez eux ; faut-il aller au Conseil? ils nomment des Députés et restent chez eux.  A force de paresse et d’argent ils ont enfin des soldats pour asservir la patrie et des représentants pour la vendre.

Ce mot de « finance » est un mot d’esclave.

Pour vous, peuples modernes, vous n’avez point d’esclaves, mais vous l’êtes ; vous payez leur liberté de la votre.  Vous avez beau vanter cette préférence ; j’y trouve plus de liberté que d’humanité.

Dans toute véritable Démocratie, la magistrature n’est pas un avantage mais une charge onéreuse.

Toutes les institutions qui mettent l’homme en contradiction avec lui-même ne valent rien.

et après tout, qu’importe qu’on soit libre ou serf dans cette vallée de larmes?  l’essenciel est d’aller en paradis, et la résignation n’est qu’un moyen de plus pour cela.

Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, 1762, Marc-Michel Rey éditeur.

Certaines citations reprises ci-dessus sont issues du premier état du texte dite manuscrit de Genève.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/vieux-brol-11-du-contrat-social-de-jean-jacques-rousseau/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.