Vieux brol 6 : « Les confessions » de Jean-Jacques Rousseau.

RousseauNe subsiste bien souvent de certains livres, dans nos esprits assommés par la « nouveauté  » , qu’une vague idée, que le souvenir lointain (et bien souvent déformé) de commentaires.  N’en surnage que l’impression d’un déjà connu, d’un déjà lu, qui les fait irrémédiablement verser dans les limbes de ce qui n’est définitivement plus à lire.  D’où l’idée de cette série de chroniques de retours aux textes lus.  Sans commentaires.

qu’un seul te dise, s’il l’ose : « je fus meilleur que cet homme là. »

Les moindres faits de ce tems-là me plaisent par cela seul qu’ils soit de ce tems-là.

l’argent qu’on possède est l’instrument de la liberté ; celui qu’on pourchasse est celui de la servitude.

Non seulement je me rappelle les tems, les lieux, les personnes mais tous les objets environnants, la temperature de l’air, son odeur, sa couleur, une certaine impression locale qui ne s’est fait sentir que là et dont le souvenir vif m’y transporte de nouveau.

Allez à Vevai, visittez le pays, examinez les sites, promenez-vous sur le lac, et dites si la nature n’a pas fait ce beau pays pour une Julie, pour une Claire et pour un Saint-Preux ; mais ne les y cherchez pas.

Plus j’ai vue de monde, moins j’ai pu me faire à son tour.

C’est [au lecteur] d’assembler ces éléments et de déterminer l’être qu’ils composent ; le résultat doit être son ouvrage, et s’il se trompe, alors toute l’œuvre sera de son fait.

Ma fonction est de dire la vérité, mais non pas de la faire croire.

je soutiens que la seule morale à la portée du présent siècle est la morale du bilboquet.

Je puis bien dire que je ne commençai de vivre que quand je me regardai comme un homme mort.

quiconque prime en quelque chose est toujours sûr d’être recherché.  Primons donc, n’importe en quoi.

Il avait ainsi que Madame de Broglie, ce petit jargon de Paris, tout en petits mots, tout en petites allusions fines.

Jamais un seul instant de sa vie J.J. n’a pu être un homme sans sentiments, sans entrailles, un père dénaturé.  J’ai pu me tromper, mais non m’endurcir.

J’ai promis ma confession, non ma justification […].  C’est à moi d’être vrai, c’est au lecteur d’être juste.

Près de Maman, mon plaisir était troublé par un sentiment de tristesse […] ; au lieu de me féliciter de la posséder, je me reprochais de l’avilir.

En un mot la philosophie en m’attachant l’essenciel de la Religion m’avait détaché de ce fatras de petites formules dont les hommes l’ont offusquée.

Rien ne lie tant les cœurs que la douceur de pleurer ensemble.

Je vous hais, enfin, puisque vous l’avez voulu ; mais je vous hais en homme encore plus digne de vous aimer si vous l’aviez voulu.  De tous les sentiments dont mon cœur était pénétré pour vous, il n’y reste que l’admiration qu’on ne peut refuser à votre génie et l’amour de vos écrits.  (à Voltaire)

Il est aisé de réveiller l’attention en présentant incessamment et des evenemens inouïs et de nouveaux visages qui passent comme les figures de la lanterne magique : mais de soutenir toujours cette attention sur les mêmes objets et sans aventures merveilleuses, cela certainement est plus difficile.

ne suivre en toute chose que le caprice du moment.

J’ai dit la vérité.

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1789 (première édition complète), La Pléiade.

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/vieux-brol-6-les-confessions-de-jean-jacques-rousseau/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.