« Zeitoun » de Dave Eggers

Abdulrahman Zeitoun, natif de Syrie, entrepreneur prospère, musulman pieux , vit à La Nouvelle-Orléans lorsqu’en 2005, celle-ci est ravagée par l’ouragan Katrina.  Alors que sa femme et leurs trois enfants quittent la ville devant les dangers annoncés, lui décide de rester pour veiller sur ses propriétés et ses chantiers.  Dans la ville rapidement inondée, il vient alors en aide à des personnes restées prisonnières, nourrit des chiens abandonnés, tente de prendre contact avec les secours.  Mais c’est l’ouragan une fois passé que le pire survient.

« Zeitoun » est une histoire vraie. Abondament documenté, le romancier n’est là que pour articuler la mécanique de la narration.  Il s’efface derrière les faits.  Et ce sont ceux-ci qui font tout l’intérêt de ce récit passionnant et essentiel.

Ce qui est décrit ici, c’est tout d’abord la difficulté à être musulman dans l’Amérique de l’après 11 septembre.  Non pas déjà à l’être qu’à seulement le paraître.  Car le regard de l’autochtone, héritier consentant d’un traumatisme, est régi par l’amalgame : un voile est forcément un signe de domination misogyne, un geste de prière un acte forcément prosélyte, un « arabe » portant ses économies un financier du terrorisme djihadiste.  

Ce qui fait sens aussi, c’est le réflexe carcéral, sécuritaire, de nos sociétés.  Plongée dans un état d’exeption permanent qui légitime le fait de ne pas respecter le droit (on en parlait déjà ), la société adopte les comportements qu’elle se donnait pour objectif de combattre.  Obsédée par ses propres peurs, elle en arrive à créer elle-même ce qui les fonde.  Dans ce règne de la rumeur, de l’opinion, la peur ajoute à la peur.  Jusqu’à en perdre toute raison.

Est-ce que c’est vraiment arrivé ?  En Amérique ?  A nous ?

Ce qui est arrivé à Abdulrahman Zeitoun est exemplaire et hallucinant.  Exemplaire par l’écart qui existe entre la réalité de qui est Abdulrahman Zeitoun et la fiction dépersonnifiée du Abdulrahman Zeitoun que fabrique une société engoncée dans sa peur.  Hallucinant car ce qu’on lit dans cet écart, c’est le délire de notre époque sécuritaire.  

Dave Eggers, Zeitoun, 2012, Gallimard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/zeitoun-de-dave-eggers/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.