Noël en Arménie.

Alors, oui, certes, c’est Noël! Il y a des loupiotes à enfiler à un arbre mort, un volatile tout aussi mort à fourrer et toute une stratégie à mettre en place pour s’apprêter à sourire sans trop de souffrance à des gens qu’on préférerait voir morts itou. Loin de nous, donc, l’intention de venir jeter un pavé dans l’immense mare de cet intense bonheur. Malheureusement, la roue du réel, imperturbablement, continue à moudre son grain…

R. a 27 ans. (Jusque là ça va). Il est gravement handicapé. (Ça se complique). Il est arménien. (C’est là que ça devient beaucoup plus problématique). La maladie évolutive rare et grave dont il souffre nécessite des soins constants (il ne peut ainsi se déplacer qu’en chaise roulante, ne peut se vêtir ni s’alimenter seul). L’aggravation de son état ne permettant plus de trouver des soins satisfaisants dans son pays, lui, sa mère (dont l’aide au quotidien lui est indispensable) et son frère ont introduit une demande d’autorisation de séjour pour raisons médicales à la Belgique. Ils ont obtenus à trois reprises un renouvellement de leur carte temporaire de séjour. Au cours de ce séjour, un diagnostic fut posé et un traitement débuté. Il a subi des opérations importantes. Aujourd’hui, malgré la gravité de son état, malgré les soins pointus qu’il nécessite et qui ne sont pas disponibles dans son pays, malgré la programmation d’opérations futures dans des hôpitaux belges, malgré les multiples rapports médicaux indépendants en attestant, malgré la énième condamnation de la Belgique par la Cour Européenne des droits de l’homme dans un cas similaire récent, malgré cette annonce officielle glanée sur le site des Affaires étrangères : « La qualité des soins et des infrastructures médicales [en Arménie] est largement inférieure à celle proposée en Belgique. Il est préférable de se faire rapatrier pour tout problème médical quelque peu sérieux. », malgré la mobilisation de nombreuses associations, malgré ce livre blanc paru il y a peu dénonçant les critères toujours plus restrictifs présidant à la reconnaissance d’un statut de réfugié pour raisons médicales qui aboutissent in fine à considérer l’humain comme quantité négligeable, malgré tout cela (sans parler d’éthique, parce que l’éthique c’est pas du tout à la mode et que nous on tient beaucoup à être à la page) il fut annoncé à R. et à sa famille qu’ils seront expulsés ce 19/12 à 19h25.

Alors, si votre conifère décédé clignote comme il se doit, si la peau du gallinacée se distend sous la pression truffière, si votre sourire est déjà figé au botox, nous ne saurions trop vous conseiller les quelques actions suivantes :

 

  1. Partager largement cet appel
  2. Dire à voix haute et indignée : « Eh, Oh, mais ça va pas non! Y sont devenus complètement dingues, ou quoi!?!? »
  3. Ecrire ce qui précède aux adresses suivantes :  lot_info@lot.pl (la compagnie aérienne),  Bur_Presse@dofi.fgov.be (le directeur de l’Office des étrangers),  charles.michel@premier.fed.be,  kabinet.jambon@ibz.fgov.be, kab.francken@ibz.fgov.be.
  4. Vous présenter calmement mais fermement ce lundi 19 décembre à 17h25 au guichet d’embarquement du vol LO 234 à direction de Varsovie pour expliquer la situation aux passagers et leur exprimer votre opposition.

 

Trop d’appels tuant l’audibilité de l’appel, on n’est pas toujours d’avis de relayer les appels à l’aide ou à l’indignation. Mais on est ici à ce point devant un cas d’école…

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/noel-en-armenie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.