Confinement & Pangolin

Comme chacun d’entre vous, nous suivons attentivement ce qui se passe autour de ce fameux coronavirus. Comme vous le savez certainement, en Belgique, les commerces non alimentaires ou médicaux sont autorisés à ouvrir leurs portes normalement en semaine, tout en étant contraints de les fermer le week-end. Si, dans un premier temps, cette situation nous a rassuré, elle nous a ensuite rapidement intrigué. Maintenant, elle nous inquiète. Et nous indigne.

Comme vous sans doute, nous avons pu avoir accès à des informations en provenance d’Italie, d’Espagne, ou, tout récemment, du Grand Est français. En sus de ces informations, nous avons pu lire les avis, les tribunes, les appels publics ou privés d’un grand nombre de scientifiques, de virologues, d’épidémiologistes ou de médecins urgentistes. Tous, unanimement, et parfois à rebours des décisions de leurs pouvoirs de tutelle politique, insistent sur l’absolue nécessité de réduire nos contacts au plus strict minimum. Bref, rester chez soi pour sauver des vies.

Devant la réalité crue des situations décrites et l’unanimité des scientifiques, nous avons saisi l’absurdité qu’il y a à maintenir, envers et contre tout, un espace commercial ouvert. Quand bien même tout serait mis en œuvre à l’intérieur d’un commerce – et, ce tout, chacun sait qu’il est impossible à atteindre – pour en garantir l’innocuité et la sécurité de ceux qui s’y rendraient, le seul fait de le laisser ouvert nous semble et mensonger et dangereux. Mensonger, car il donne à entendre que la normalité peut être simplement aménagée là où toutes les personnes informées démontrent qu’elle doit être temporairement rompue. Dangereux, car, dans cette situation exceptionnelle, toute illusion du « normal » encourage d’autres à ne pas se saisir des enjeux, et à ajouter au problème combattu. Ici, très pragmatiquement, l’illusion tue. Et, dans ce combat-là, le fanion haut brandi d’un accès, via la librairie et le livre, à la culture, a beau jeu…

Vouloir maintenir ouvert un espace de rencontre – et diantre, la librairie en est bien un ! – à l’heure où IL EST AVÉRÉ que le simple fait de se rencontrer peut tuer nous est apparu comme étant en totale contradiction avec les valeurs mêmes sur lesquels nous avons érigé la librairie.

En conséquence, Ptyx sera fermé jusqu’à nouvel ordre.

N’en profitez pas pour acheter chez qui-vous-savez ! Lisez ou relisez ! Gardez vos sous pour quand on rouvrira, on en aura bien besoin !

Et surtout, surtout, restez chez vous !

Pour Ptyx,

Emmanuel.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/confinement-pangolin/

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Pierre Boitte on 21 mars 2020 at 19 h 13 min
    • Répondre

    Bravo pour cette cohérence et le civisme qui s’y loge. Beaucoup de libraires français réagissent comme vous à l’idée d’être autorisés à rouvrir leur librairies (les vraies) pour ne pas laisser le champ libre à qui nous savons. lisons ! A bientôt, Pierre Boitte

    1. Merci. Et relisons!

    • Miguel RIVIERE on 18 mars 2020 at 12 h 03 min
    • Répondre

    Bonjour,
    Merci de votre réactivité.
    Pourtant, après avoir entendu hier Mme Wilmes dire que les librairies pouvaient rester ouvertes (sans doute en appliquant les consignes propres aux magasins d’alimentation), il m’a semblé qu’il y avait eu là comme une petite révolution ou, à tout le moins, une avancée notable dans la prise de consciences des «nourritures spirituelles».
    Qu’en pensez vous ?
    PS. J’ose penser que pareille autorisation ne s’applique pas à des magasins comme la fnac.
    Bien à vous

    1. Bonjour,
      Renseignement pris, il appert que le terme « librairie », dans sa bouche, faisait exclusivement référence aux « marchands de journaux ». Ce qui, c’est vrai, en dit long sur la relation que nos édiles entretiennent avec la librairie en général et le livre en particulier… Là où vous voyiez généreusement une notable avancée, il convient malheureusement de lire une continuité dans l’ignorance.
      Quoi qu’il en soit, notre décision n’est nullement dépendante des directives légales. Quand bien même l’autorisation d’ouvrir nous serait accordée, nous ne le ferions pas. Au vu de la masse de lecture accumulée sur le sujet, nous considérerions cela comme tout à fait irresponsable.
      Je vous souhaite un excellent confinement.
      Emmanuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.