« Les féministes blanches et l’empire » de Félix Boggio Ewanjé-Epée & Stella Magliani-Belkacem.

Certaines personnalités françaises issues du féminisme militant ne cachent plus leur attrait (voire s’y rallient) pour des thèses ou discours ouvertement xénophobes.  Par une forme de mouvement inverse, les ténors habituels de la peur de l’autre, pourtant traditionnellement campés sur des positions très conservatrices sur tout ce qui touche au genre, se posent maintenant en garants (ou plutôt remparts) de l’égalité des sexes.  Dans ce contexte fort sombre, où l’heure n’est déjà plus au constat, les deux auteurs s’interrogent sur les causes de cet état de fait.

Celles-ci reposent dans un enracinement profond et historique de mouvances du féminisme dans l’idéologie impérialiste française que l’on retrouvait dès les années trente à l’oeuvre dans les colonies.  S’y ajoutent la dangereuse analogie (dangereuse car à double tranchant) entre les concepts de race et de genre et le caractère hégémonique d’un féminisme qui se définit (se réduit) à ses seuls critères historiques.  Et de tout cela ressort la triste impression d’un rendez-vous manqué, entre d’une part une lutte d’émancipation qui se perd dans le délire ambiant, y perdant sa propre crédibilité et y programmant son asservissement futur, et d’autre part, ce qui aurait pu lui redonner un souffle nouveau.

Le privilège blanc représente un atout pour les mouvements d’émancipation blancs (prolétariens comme féministes) mais il constitue en même temps un point aveugle, dans la mesure où il invisibilise des luttes radicales ou des franges des opprimé.e.s susceptibles de les radicaliser ou de leur donner un nouveau souffle.

Et le pire est atteint.  C’est cette vocation même à l’universalisme d’un féminisme blanc qui vient à en exclure de fait celles qui n’en sont pas.

Cette nouvelle vitalité du racisme, qui prend les allures respectables d’une lutte pour l’égalité hommes-femmes mais aussi d’un combat pour la laïcité, donne aujourd’hui lieu à une floraison de discours, de pratiques, de lois et de décrets visant spécifiquement l’exclusion des non-Blanc.h.e.s.

Même si le texte s’égare sur sa fin vers des considérations pour le moins hasardeuses (car non étayées), il n’en demeure pas moins un éclairage important et très bien documenté sur une question particulièrement sensible et généralement tue.

Ce qui handicape […] les mouvements d’émancipation, c’est l’incapacité à penser la possibilité même d’une telle collusion d’intérêts

Félix Boggio Ewanjé-Epée & Stella Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l’empire, 2012, La Fabrique.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/les-feministes-blanches-et-lempire-de-felix-boggio-ewanje-epee-stella-magliani-belkacem/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.