Archive mensuelles: octobre 2014

« Nous deux encore 1948 » de Henri Michaux.

Lou, je parle une langue morte, maintenant que je ne te parle plus. Il est parfois difficile de s’attaquer à certains textes.  Tant les lire semble entrouvrir un gouffre. En 1948, Michaux connaissait un drame qui allait profondément marquer sa vie comme son écriture.  Sa femme, alors que lui était en voyage à Bruxelles, était …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/nous-deux-encore-1948-de-henri-michaux/

« En face » de Pierre Demarty.

Qu’on peut vivre ainsi très facilement, sans presque se soucier d’exister. Jean Nochez, marié, père de deux enfants, philatéliste, parfait indice du moyen terme de l’humanité, incarnation de la normalité faite homme dans tout ce qu’elle représente de plus insipide banalité, Jean Nochez décide un jour (mais y a t’il seulement quelque chose chez lui …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/en-face-de-pierre-demarty/

« Et l’âme devint chair » de Carl Zimmer.

  Nous sommes en 2004.  Joshua Greene est philosophe.  Dans le sous-sol d’un petit village dénommé Princeton, à l’aide de l’imagerie par résonances magnétiques, il ausculte les réactions d’un « patient » aux questions qu’il lui soumet.  Comme celle-ci : que choisir, et légitimer en morale, entre sauver la vie de cinq personnes en en tuant une de ses mains, ou …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/et-lame-devint-chair-de-carl-zimmer/

« Palais de glace » de Tarjei Vessas.

Un grand calme – qui n’en était pas un. Dans une Norvège prise par les glaces, deux jeunes filles, Unn et Siss, scellent un soir, devant un miroir, un pacte aussi inexplicable qu’indéfectible.  Peu après, Unn disparaît. La glace qui s’épaississait jouait à creuser des failles sur des distances infinies. Détaillant les recherches qui s’organisent, …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/palais-de-glace-de-tarjei-vessas/

Librol.

Le libraire, ce rebelle dans l’âme (en cela aidé par une brochette de conseillers culturels de la FWB), devant l’érosion de ses marges (enfin, plutôt de ses ventes, parce que les marges, hein…), se dit un jour qu’une partie de la solution devait forcément se trouver dans le numérique.  Car si le livre ne se vend …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/librol/

Du jambon, des points et des contrepoints.

Il y a peu,le nouveau ministre de la police du riant Royaume de Wallonie-Flandre, y allait d’un « Les gens qui ont collaboré avec les Allemands avaient leurs raisons. » qui souleva un timide mascaret tout juste indigné en flandre et un tsunami outré en wallonie (oui, les minuscules sont voulues).  A cela, il répondit ceci : …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/du-jambon-des-points-et-des-contrepoints/

« Les terres du couchant » de Julien Gracq.

  Le Royaume inépuisablement fabriquait de l’équilibre, coïncidait sur le papier avec lui-même dans la figure de son identité. Et tout équilibre politique repose aussi sur une menace extérieure.  Qui fonctionne d’autant mieux, qui participe d’autant mieux de cet équilibre qu’elle est diffuse.  Trop concrète, elle devient identifiable directement, diffuse, elle s’insinue dans la société par …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/les-terres-du-couchant-de-julien-gracq/

« Une vie en lettres » de George Orwell.

Il y a quelques années, je trouvais plutôt amusant de me dire que notre civilisation était condamnée, mais maintenant je ressens surtout de l’ennui en pensant aux horreurs que nous allons vivre – soit quelque effroyable calamité, avec révolution et famine, soit une cartellisation et une fordification, avec la population toute entière réduite à devenir …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/une-vie-en-lettres-de-george-orwell/

Vieux brol 15 : « Amers » de Saint-John Perse.

Ne subsiste bien souvent de certains livres, dans nos esprits assommés par la « nouveauté  » , qu’une vague idée, que le souvenir lointain (et bien souvent déformé) de commentaires.  N’en surnage que l’impression d’un déjà connu, d’un déjà lu, qui les fait irrémédiablement verser dans les limbes de ce qui n’est définitivement plus à lire.  …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/vieux-brol-15-amers-de-saint-john-perse/

Prendre des risques.

C’est un fait.  Beaucoup de livres sont moches et d’autres sont vieux.  Et nous sommes portés (qu’on le veuille ou non ), par les temps, les exigences mercantiles infusées en nous, vers le neuf et le beau.  Et ce si stoïque contrôle sur soi n’y peut souvent rien.  Mettez deux livres strictement identiques en contenu …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.librairie-ptyx.be/prendre-des-risques/