« Le couloir des exilés » de Michel Agier.

couloir d'exilésCe qui est la norme dans l’ordre du discours mondial, c’est la disparition du réfugié et sa transformation en migrant – celui qui prend illégalement une place ou celui qui en demande une tout en s’excusant d’exister.

Michel Agier dessine ici un mouvement à l’oeuvre dans les consciences occidentales qui fait passer insidieusement l’étranger d’un statut d’exilé à celui d’indésirable.  De celui qu’on aide et qui s’auréole de son statut de résistant à celui du quémandeur forcément illégitime.  Alors que la litanie des désastres se gonfle chaque jour un peu plus de son lot de souffrances : un autre naufrage en méditerranée, un suicide de plus dans les camps de rétention, c’est le rejet pour le trop qui s’exprime dans la violence (et l’indifférence qui en est une de ses formes les plus sournoises) avec laquelle l’occident considère ceux qu’il assassine de fait.

Ils sont de trop.

Et lorsqu’on se propose de filtrer les exilés entre les « vrais » et les « faux », les « climatiques » et les « populaires », lorsqu’on cherche à tout prix à ancrer sa position dans le « pourquoi » d’un exil, on se borne à une logique gestionnaire de ce surnuméraire qui est une tentative de l’exclure de toute légitimité.

Il y a bien un conflit à l’échelle mondiale : d’un côté des Etats qui font la guerre aux migrants, recréant partout la peur, la haine et la mise à distance de « l’étranger » ; de l’autre, de migrants qui circulent et affirment leur présence, récalcitrante, dans le monde.

Et au sein de cette lutte contre l’autre, c’est bien dans un couloir que l’on enferme l’exilé.  D’une pièce qu’il a quitté vers une autre qu’il désire.  Et c’est l’Occident, notre monde, qui assure les conditions d’une permanence de l’exilé dans ce couloir.  Et Michel Agier de nous faire percevoir ce couloir qui traversent nos existences européennes, de nous inviter à y jeter un oeil par dessus les murs qui nous en séparent (et que notre indifférence contribue sinon à bâtir).  Et de nous rappeler qu’à une époque où l’hospitalité devient polémique, elle en devient mobilisable politiquement.

C’est sur le chaos du présent que s’inventent les mondes à venir.

Michel Agier, Le couloir des exilés, 2011, éditions du croquant.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/le-couloir-des-exiles-de-michel-agier/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.