Poésie néerlandaise contemporaine

Il parait normal, dans le paysage de la poésie traduite en langue française, que la moindre production objectiviste nous parvienne dans notre langue. Qu’il s’agisse, par exemple, de Reznikoff, Oppen ou Zukofsky, on trouve somme toute assez logique que la plus infime parcelle de leur oeuvre soit traduite et commentée et que le travail de traduction et de publication soit subsidié par les services publics. À peu de choses près, la démarche semble similaire en ce qui concerne la poésie russe jusqu’aux années 1970. Le moindre brouillon, la plus banale liste de course d’une Akhmatova, d’un Mandelstam ou d’une Tsvetaïeva mériterait d’être traduite en français. Sans vouloir contester la place indéniablement importante des poésies américaines et russes du défunt vingtième siècle, cette adhésion – et surtout la pléthore de publications qui vient la consacrer – nous parait parfois un tantinet aveugle. Devenues par trop automatiques, ces consécrations ont tendance à occulter non seulement la production poétique contemporaine dans ces mêmes langues, mais aussi celles, historiques ou actuelles, dans d’autres langues moins « courues ». À trop s’attacher à ce qui fit l’avant-garde en américain ou en russe, le champ de la poésie traduite en français en oublie les avant-gardes actuelles, tant dans ces langues là que dans d’autres. Ce faisant, la poésie française se coupe de ce qui peut la renouveler.

La poésie néerlandaise contemporaine est d’une vitalité absolument exceptionnelle. Enté sur un riche passé récent (Lucebert, Faverey ou Kouwenaar sont les trois grande figures tutélaires du vingtième siècle poétique hollandais) et porté par une dynamique publique remarquable (de nombreux prix très bien dotés, d’importantes villes qui ont leur poète officiel, des festivals internationaux de premier plan, un grand volume de traductions de poésie étrangère contemporaine, une politique très volontariste en terme d’extraduction, etc.), le champ contemporain de la poésie en néerlandais est aussi riche que varié. D’inspiration métaphysique ou de culture pop, en prose ou en vers, en long poems ou minimaliste, issus de la performance ou non, souvent drôles, impertinents, forgés dans l’intime ou imprégnés d’idéaux politiques, les extraits des auteurs présentés dans ce recueil sont l’occasion d’en découvrir un aperçu absolument passionnant.

Au vu de ces découvertes et alors que nombre d’auteurs néerlandais, contemporains ou « historiques », sont traduits depuis longtemps dans d’autres langues, la tiédeur du paysage éditorial francophone* à l’égard de cette poésie formidablement novatrice – comme d’ailleurs à l’égard de ce qui ne parait pas déjà consacré autre part – pose d’autant plus question. Autant celle-ci parait vive, dynamique, ouverte sur le monde, s’affranchissant presque naturellement des contraintes ou des formes imposées, autant, par contraste, le spectre poétique contemporain français paraît emprunté, timoré, et empêtré dans de rassurantes certitudes. La découverte de ce qui se fait aujourd’hui autre part peut être l’occasion de découvrir aussi que cette vitalité, cette originalité, est précisément le fruit d’un intérêt marqué et de longue date pour… ce qui se fait autre part.

Poésie Néerlandaise contemporaine, 2019, Le Castor Astral.

*On connait bien entendu des initiatives remarquables et on les relaie d’ailleurs ici (les éditions Unes, Circé, Joca Séria, la revue La tête et les cornes en sont des exemples). On ne nie pas les efforts fournis par d’aucuns. Mais, en tant qu’observateur attentif de ce qui se fait en poésie dans d’autres langues, le constat est malheureusement sans appel : globalement la francophonie a quelques guerres de retard…

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/poesie-neerlandaise-contemporaine/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.