« N » de Eric Pessan et Mikaël Lafontan.

C’est l’histoire d’un enfant que son père emmène vers le sud par les forêts.  Fuyant quoi ou qui n’est pas dit.  Très peu est dit même sauf le peu de mots abrupts s’échouant entre eux plus qu’échangés.

Ici. Bois. Mange. Dors. Pas bon. Bon. Laisse. Attention. Chut. Des années dans l’écho de quelques syllabes. Des mots directs, sans double fond, des mots qui veulent simplement dire ce qu’ils disent. Des mots sans poésie, sans arrière-pensée. Des mots-machines à l’utilité bien huilée.

Ne reste plus alors entre eux qu’à laisser s’installer un silence lourd de violence, d’une fureur qu’ils peinent à contenir.

Le silence, je n’essaie plus de le rompre. Nos conversations ont pourri, il n’en demeure plus que le squelette d’un mot unique.

Dans cette fuite éperdue, du fond de cette gangue de mots et de gestes utilitaires, l’enfant va se dresser contre son père.  Et cheminer à l’inverse.  Vers une mémoire, des images, que seuls ramènent à lui les arrêts dans sa marche.

Grâce à l’immobilité, des grumeaux émergent dans la bouillie de mes pensées.

Roman de la mémoire, de l’enfant-loup, du rapport au père, du cap de l’enfance.  Mais surtout roman de la parfaite adéquation entre le mot et l’image, N dit sublimement le surgissement de la poésie.

Eric Pessan & Mikaël Lafontan, N, 2012, Les inaperçus.

Lien Permanent pour cet article : https://www.librairie-ptyx.be/n-de-eric-pessan-et-mikael-lafontan/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.